3 – Améliorer mon activité de Proximité – Partie 2

Un sujet épineux qu’il faille prendre à bras le corps

Avant d’élaborer et approfondir les trois types d’opérations de communication nommées dans le précédent article, il nous faut voir dans quelle situation sont les TPE et pourquoi sont-elles différentes des PME / PMI et des grandes entreprises.

La situation des TPE

Les très petites entreprises doivent faire face à des situations et des problématiques bien spécifiques auxquelles ne répondent pas les outils de gestion classiques destinés aux PME et grandes entreprises.

Une TPE semble, à priori, une entité simple. Pourtant, leurs modes de fonctionnement sont complexes. Les enjeux économiques représentent un ensemble de contraintes (risques) et d’objectifs (adaptation) dans l’espace d’évolution qui sous-tend des mutations d’activité de l’entreprise et de son environnement. La nécessité d’un renouvellement continu.
La multiplicité des contraintes et des modalités d’adaptation, agissent tant de l’entreprise sur son environnement que de l’environnement sur l’entreprise.

Pourquoi les TPE sont elles différentes des autres entreprises PME/PMI ?

Atouts, difficultés rencontrées et initiatives

Avantages des petites structures

Souplesse dans l’organisation du travail

Réactivité accrue aux évolutions du marché

Meilleure résistance de l’emploi en période de crise

Plus grande polyvalence des acteurs de l’entreprise

ET

De nombreux problèmes…

Des charges trop élevées, qui écrasent beaucoup de petites entreprises, sans réelle proportion entre les dépenses et les recettes. 70% des TPE n’ont pas ou moins de 3 salariés, beaucoup moins d’absentéisme pour maladie ou accident. Pourtant ces charges sont plus élevés que chez les PME et les grandes entreprises.

Des lourdeurs et rigidités administratives affectent en premier lieu les TPE. D’autant plus que ces administrations

Un accès au financement bancaire beaucoup trop restreint : comme dans tous les pays de l’UE, les organismes de financement rechignent à prêter sans garantie aux créateurs de PME/TPE, ou alors pratiquent des taux d’intérêt exorbitants (beaucoup plus élevés que pour les grandes entreprises). Moins d’un créateur sur quatre a recours à un prêt bancaire ou un organisme de fonds propre

Des capitaux-risqueurs en général réticents à financer les  » petits projets  » (coût d’étude des dossiers d’amorçage trop élevé par rapport à la rentabilité que l’on espère en retirer…)

Des orientations économiques non adaptées trop souvent dictées par les intérêts des plus gros.

Des salaires en moyenne inférieurs de 10 %, 15% à ceux perçus dans les sociétés de plus de 100 employés

Des semaines de travail plus chargées, d’où les difficultés rencontrées pour l’acceptation des 35 heures, qui devait s’effectuer normalement au 1er Janvier 2002, et du reste, pratiquement irréalisable à mettre en application (à peine 8 à 10 % des TPE ont effectué ce changement).

La difficulté d’élaborer une stratégie globale compte tenue de son obligation de mutation pour s’adapter aux marchés qui évoluent continuellement.

Caractéristiques des TPE utilisatrices d’internet

La plupart se trouvent en île de France et sont des filiales de grands groupes ou de groupes de moyenne importance (franchises).

Pour les petites entreprises industrielles, une croissance double de celle de leurs concurrentes non connectées.

Une ouverture sur l’étranger accrue : des exportations deux fois plus importantes.

Une meilleure rémunération.

Plus d’innovation pour certaines : de véritables efforts de recherche et développement, des lancements de nouveaux produits beaucoup plus fréquents grâce à de meilleures possibilités de financement…

Une meilleure intégration aux réseaux mondiaux par l’intermédiaire des grands groupes, qui servent à la fois de source de financement potentiel et de point d’échange d’informations

Je vous donne rendez-vous dans les prochains articles pour approfondir ces trois types d’opérations, capitales, pour permettre à votre entreprise d’augmenter votre chiffre d’affaire de façon conséquente. Et surtout, pouvoir éviter la dépendance envers les grands groupes.

Profiter des aides quand elles sont présentes.

Reconnaître que l’on a besoin d’aide est une des plus fortes résistance d’un dirigeant de TPE…

 Pourquoi ?

 

Le prochain article : « Questions pour les TPE » : Pour vos clients : Qu’espérez-vous concevoir comme services, comme idées ? Quelques exemples ?

Bonne journée à tous,